CS BELLAC - RC L'AURENCE : LE RESUME




Il s’agissait du 1er match à domicile de la saison 2020/2021 pour le CS Bellac qui recevait ses voisins Limougeauds du RC L’Aurence. Un derby Haut-Viennois donc, qui s’annonçait indécis sur le papier. Les bellachons ayant à cœur de se rattraper de la défaite du Dimanche précédent à Salon la Tour. Les Limougeauds, quant à eux, restait sur une belle victoire face aux Corréziens de Chasteaux.


En début de match, le ballon rendu glissant par une pluie fine incessante ne favorise pas les belles envolées. Les spectateurs venus nombreux malgré le mauvais temps assistent à de nombreuses mêlées et une partie de « gagne terrain » avec du jeu au pied d’un camp à l’autre. Dans ce 1er quart d’heure, ce sont les buteurs des deux équipes qui se répondent coup pour coup (3/6 à la 12ème minute). Par la suite, les bellachons se montrent un peu plus entreprenants dans le jeu mais malheureusement leurs attaques sont trop vite avortées par des choix de jeu plutôt discutables notamment en rendant trop facilement des ballons au pied sur des situations évidentes de surnombre. Les joueurs du RC L’Aurence se montrent plus patients, dominent le secteur de la touche en grattant quelques ballons à leurs adversaires, et surtout plus réalistes, le buteur limougeaud ajoutant 3 points dans l’escarcelle juste avant la mi-temps (3/9 à la 40ème minute).


A la reprise, les Bellachons semblent piqués au vif et occupent les 22 mètres adverses durant prés de 10 minutes, mais trop de maladresses sur le dernier geste, sur la dernière passe. Les joueurs de L’Aurence, bien en place défensivement parviennent à se dégager sans encaisser le moindre point. Il faudra attendre la 58ème minute pour voir Guillaume JUSIAK marquer le 1er essai de la rencontre à la suite d’un très gros pressing défensif, Florent COLOMBIN transforme et le CSB passe en tête d’un tout petit point (10/9 à la 58ème minute). Sur le coup d’envoi, Bellac commet une énorme maladresse, mêlée à suivre et après quelques temps de jeu bien menés, le puissant trois-quart-centre Limougeaud va aplatir aux pieds des poteaux, un essai comme une offrande, tout est à refaire…(10/16 à la 60ème minute). Cinq minutes plus tard, après un impressionnant « rush » de 50 mètres le long de la ligne de touche, tout en puissance, notre troisième ligne centre Benjamin BUSSIERE libère la balle qui s’en va sur l’aile opposée après une succession de passes dans le bon timing, le jeune Mickael RIGAL aplatit le ballon en terre promise…Magnifique essai non transformé (15/16 à la 65ème minute). C’est à partir de ce moment-là que l’on se dit que les dieux du rugby ne sont pas avec les bellachons en ce Dimanche automnale. En effet, à deux reprises (71ème minute et 74ème minute) et suite à deux pénalités idéalement placées à 20 mètres en face des perches, le buteur bellachon à l’occasion de faire passer son équipe devant au tableau d’affichage, mais malheureusement le pied de celui-ci tremble et le ballon frôle par deux fois la droite des poteaux…Malédiction !!! Les Limougeauds eux, ne manquent pas leurs occasions, et grâce à une dernière incursion dans le camp adverse, l’adroit buteur visiteur inscrit une dernière pénalité qui clos ainsi la rencontre. Score final Bellac 15, L’Aurence Limoges 19.


Une deuxième défaite décevante, le point de bonus défensif est une maigre consolation pour les joueurs Bellachons qui rentrent aux vestiaires avec un mélange de frustration et de colère, à l’image du Pilier du CS Bellac David RAYMOND :


« Comme tous mes coéquipiers, je suis très déçu après cette défaite. Je ne comprends pas comment on a pu perdre ce match, c’est très frustrant. Il y a des joueurs talentueux dans cette équipe, on est capable de faire de belles choses à l’image de notre deuxième essai par exemple. Mais à côté de ça, on manque de concentration par moment, on fait des fautes idiotes et on laisse trop de points faciles en route. On fait trop de cadeaux, c’était déjà le cas Dimanche dernier. Je pense que c’est un problème de mentalité, un manque de hargne mais surtout un gros manque de confiance en nous. Comme le dit un de nos coach, on ne sait plus gagner…Il nous faut un leader sur le terrain, un chef pour nous dirent : « stop les gars, maintenant on arrête les conneries !!! ». Ce n’est pas de la faute de untel ou untel si on perd aujourd’hui, c’est collectivement qu’il va falloir se remettre en question pour retrouver très vite le goût de la victoire. »

  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic